Le Livre de ma mère : Analyse du livre

0 évaluation

Auteur : Albert Cohen

Analyse de : Camille Prévost

Cette analyse littéraire porte sur Le Livre de ma mère d’Albert Cohen, un hommage de l’auteur à sa mère. L’amour inconditionnel d’une mère pour son fils et l’amour dévoué d’un fils pour sa mère y sont décrits avec émotion et sincérité. L’auteur raconte dans cette œuvre en partie autobiographique l’amour que sa mère lui a porté tout au long de sa vie, ses regrets et ses remords de fils... À travers le livre, l’auteur revit sa mère et son enfance.

Les quatre parties du Livre de ma mère sont tirées d’une série de quatre textes successifs, écrits quelques mois après la mort de la mère de l’auteur : Chant de mort I, II, III et IV, publiés de juin 1943 à mai 1944 dans La France Libre. Le livre paraît pour la première fois en entier en 1954. 

Ce roman hybride mêle plusieurs registres : le registre lyrique élégiaque (plaintes et regrets) et le registre ironique sarcastique. Il a la particularité de placer la mère de l’auteur au cœur de l’histoire, alors que ce récit appartient au genre autobiographique.

Le Livre de ma mère : présentation de l’analyse

Afin de bien faire comprendre tous les ressorts de l’intrigue ainsi que la psychologie des personnages, cette analyse se divise en plusieurs parties.

Elle s’ouvre sur une introduction ciblée de l’auteur et de son œuvre. Albert Cohen est un écrivain suisse de confession juive né en 1895 à Corfou, en Grèce. Figure emblématique de la littérature francophone du XXe siècle, il est consacré par le Grand Prix de l’Académie française en 1968. Avec Le Livre de ma mère, Albert Cohen signe une œuvre sincère, un hommage non seulement à sa mère, mais également à toutes les mères.

Après cette courte présentation, l’analyse littéraire continue sur un résumé détaillé du récit, synthétisé en plusieurs parties. Elle s’attèle ensuite à fournir une description des personnages, en l’occurrence, l’auteur narrateur et sa mère.

Pour aider les lecteurs à prolonger leur réflexion sur Le livre de ma mère, la fiche propose également plusieurs clés de lecture. Elle se conclut sur de nouvelles pistes de réflexion sous forme de questions ouvertes pour pousser le lecteur à approfondir son analyse.

Analyse des personnages majeurs du Livre de ma mère

Ce document didactique brosse les portraits des deux protagonistes du livre. Le premier est bien évidemment le narrateur. Celui-ci adore sa mère, mais il trouve qu’il n’a pas toujours été à la hauteur avec elle. Comme tout enfant, il lui a parfois fait peur ou l'a rendue triste… Il exprime dès le début du récit ses regrets et remords.

La mère d’Albert Cohen, Louise Ferro, est une femme aimante et attentionnée. Elle n’est qu’amour, chaleur et bonté. Délaissée par un mari occupé par son travail, elle ne vit que pour et par son fils. Alors qu’elle habite Paris, elle n’hésite pas à partir à Genève pour être au chevet de son fils enrhumé. Elle n’hésite pas non plus à téléphoner à la femme chez qui son fils dîne à trois heures du matin parce qu’elle s’inquiète de ne pas le voir rentré.

Pistes d’analyse et thématiques

Cette fiche de lecture propose trois pistes d’analyse. La première explore le genre du récit. Le livre de ma mère est un récit autobiographique, même si l’auteur n’en fait pas mention sur la couverture. Le récit raconte en effet la profonde tristesse et les regrets de l’auteur face à la perte de celle qui l’a aimé inconditionnellement tout au long de sa vie. Il évoque également son enfance à Corfou, ville qu’il a dû quitter avec sa famille à l’âge de cinq ans pour échapper aux pogroms (massacres des Juifs), son arrivée à Marseille et sa vie sur place, les visites estivales de sa mère lorsqu’il étudiait et travaillait à Genève, etc.

La deuxième piste d’analyse explorée par ce document didactique est le deuil de l’amour maternel. Comme le dit l’auteur dans son récit, « Les fils ne savent pas que leurs mères sont mortelles ».

Les clés de lecture se terminent sur l’absurdité de la condition humaine, un thème longuement abordé par Albert Cohen dans son roman.

Pour approfondir votre étude du Livre de ma mère, n’hésitez pas à télécharger notre résumé du livre. Ce document fournit un récit fidèle de chaque partie du livre. Découvrez également nos autres fiches de lecture au format PDF, entre autres notre résumé de Vol de nuit d’Antoine de Saint-Exupéry ou encore notre analyse de Mort d’un parfait bilingue de Thomas Gunzig.



Structure de cette analyse du livre

  • Introduction ciblée (1 pages)

    Albert Cohen, Écrivain suisse
    Le Livre de ma mère, Quand un auteur met à nu ses sentiments et ses regrets

  • Résumé complet du Livre de ma mère (2 pages)

    Le récit en partie autobiographique de Cohen synthétisé en plusieurs parties

  • Présentation des personnages principaux (1 pages)

    Une étude descriptive de la mère et du narrateur

  • Pistes d'analyse (2 pages)

    Un récit autobiographique ; Le deuil de l’amour maternel ; L’absurdité de la condition humaine

  • Nouvelles pistes de réflexion (1 pages)

    Approfondissez votre étude du roman grâce à notre liste de questions ouvertes

Que puis-je trouver dans cette analyse sur "Le Livre de ma mère"

Pour tout découvrir du Livre de ma mère d’Albert Cohen, plongez-vous dans notre analyse littéraire qui examine avec soin et minutie les spécificités et les thèmes de cette œuvre émouvante. Outre des clés de lecture redoutables, la fiche de lecture fournit une note explicative de l’auteur et de son livre, une synthèse complète de l’histoire ainsi qu’une description détaillée des personnages principaux. Un document didactique d’une dizaine de pages qui fera le bonheur de tous les passionnés de littérature.

Albert Cohen

Albert Cohen est né le 16 aout 1895 à Corfou en Grèce. Issu d’une famille juive suisse, il vit sur l’île grecque jusqu’à ses cinq ans avant de déménager à Marseille en France. Inscrit dans une école privée catholique, il entre ensuite au lycée Thiers en 1904 où il se lie d’amitié avec Marcel Pagnol. Reçu au baccalauréat avec la mention assez bien en 1913, il part à Genève pour suivre des études de droit à l’université. Licencié en 1917, il suit ensuite des cours de lettres jusqu’en 1919.

Passionné par la littérature, il commence à écrire des poèmes, qu’il publie sous forme de recueil en 1921 sous le titre Paroles juives. Engagé en faveur du sionisme, il devient directeur de la Revue juive de Paris en 1925 et compte comme rédacteur Albert Einstein et Sigmund Freud. Marié en 1919 à Elisabeth Brocher, celle-ci décède des suites d’un cancer en 1924, laissant seul son mari et sa petite fille. Il se remariera quelques années plus tard avec Marianne Goss et Bella Berkowich.

À partir de 1926, il devient fonctionnaire au Bureau international du travail à Genève, période dont il s’inspirera pour écrire son roman le plus connu, Belle du Seigneur (1968). En 1930, il publie d’ailleurs son premier roman qu’il intitule Solal et qui rencontre un succès exceptionnel en France, mais également dans le reste du monde puisque le livre est traduit dans plusieurs langues. Il écrit huit ans plus tard Mangeclous qui confirme le génie de l’écrivain. Durant la Seconde Guerre mondiale, Albert Cohen travaille pour l’Agence juive, qu’il finira par quitter en 1944 dû à des problèmes de confiance mutuelle. Au sortir de la guerre, il occupe le poste de direction d’une des institutions des Nations unies. On lui propose de devenir ambassadeur de la nouvelle nation d’Israël, mais Albert Cohen refuse, désirant davantage se concentrer sur son écriture.

En 1954, après 16 ans de non-activité littéraire, il publie Le Livre de ma mère, un récit autobiographique sur son adolescence. Si l’auteur est déjà reconnu comme un grand écrivain sur la scène littéraire francophone, il est consacré par le Grand Prix de l’Académie française en 1968 pour son chef-d’œuvre Belle du Seigneur. À l’âge de 75 ans, il souffre d’une grave dépression dont il sort finalement en se donnant un nouvel objectif : promouvoir son œuvre. Il publie ainsi ses Carnets 1978 et donne plusieurs interviews. Sa dernière œuvre, Le Nouvel Observateur, sort en mai 1981. Il décède quelques mois plus tard, le 17 octobre 1981 à Genève.

Véritable figure emblématique de la littérature francophone du XXIe siècle, Albert Cohen s’est également révélé un auteur engagé pour la cause juive, bien qu’il n’ait jamais quitté le Vieux Continent pour aller vivre en Israël.

A propos du livre "Le Livre de ma mère"

Né en 1895 à Corfou et décédé en 1981 à Genève, Albert Cohen est un écrivain suisse considéré comme l'un des grands auteurs du XXe siècle. D'abord fonctionnaire à la Société des Nations, il débute sa carrière littéraire en 1921 avec son recueil de poèmes Paroles juives. Dans son roman Le Livre de ma mère, Albert Cohen dresse le portrait de sa propre mère à travers le récit de son enfance.

Le Livre de ma mère débute lorsque l'écrivain décide d'écrire dans le but de faire revivre sa mère récemment décédée. Tout de suite, il évoque sa profonde tristesse et ses regrets face à la perte d'une femme qui l'a aimé sans condition tout au long de sa vie. Il entame ensuite une réflexion sur l'absurdité de la vie humaine puis partage quelques souvenirs d'enfance. Albert Cohen raconte alors comment sa famille a quitté Corfou pour vivre à Marseille, les visites que lui rendait sa mère lorsqu'il était étudiant à Genève et le déchirement qu'elle ressentait au moment de le quitter. Enfin, Le Livre de ma mère se termine sur les regrets d'un fils qui aurait voulu être plus présent pour sa mère, et surtout plus démonstratif.

Publié pour la première fois en 1954, Le Livre de ma mère est un roman autobiographique écrit quelques mois après la mort de la mère d'Albert Cohen. L'auteur y propose une réflexion sur le deuil et l'absurdité de la vie en se mettant complètement à nu.

Informations techniques

ISBN papier : 9782806211422

ISBN numérique : 9782806219978

Ces analyses du livre "Le Livre de ma mère" pourraient également vous intéresser

Ceux qui ont téléchargé cette analyse du livre "Le Livre de ma mère" ont également téléchargé